L’état  islamique. est une nécessité humanitaire

L’état islamique. est une nécessité humanitaire

Lorsque les trois amis ont commencé leur rencontre, Michel et Rajiv ont remarqué la présence des sons qui perturbaient la voix de Rachid, quand ils l’ont demandé au sujet du sons, il les a répondu que c’est la voix de newsletter et les a demandé quelques minutes jusqu’à la fin de la voix .. après peu, Rachid a vite repris la parole disant :

Désolé, peut-être que comprendre mon excuse et reconnaitre l’importance d’écouter les nouvelles ces jours, au moins pour moi. est-ce que vous suivez ce qui se passe dans mon pays ces jours ci ?

Rajiv: oui, c’est des nouvelles excitantes, les événements ont un accès rapide et successive.

Michel: peut-être la chose la plus frappante qui m’a frappé dans cela, c’est la montée de ceux qui sont appelés islamistes et leur essaie de transformer le régime de l’état au régime islamique. c’est ennuyant.

Rachid: qu’est ce qui est ennuyant dans cela ?

Michel: l’être humain a déjà expérimenté l’état religieux et son échec est prouvé, ce fut une expérience amère, l’état religieux est terminé et son époque est terminée depuis le moyen âge.

Rachid: mais que veux-tu dire par état religieux ?

Michel: c’est l’état que dans lequel la classe dirigeante est des Clergés qui prétendent parler au nom de Dieu. parmi les grands risques de l’état religieux est qu’il a confisqué le droit et la vérité au nom de Dieu, et cela est dû parce qu’ils parlent au nom de Dieu, alors en fonction de cela ils accumulent sur leurs personnes la qualité d’infaillibilité et de sainteté, donc en conséquence de cela les gouvernements ont pensé que s’opposer à eux, c’est comme s’opposer à Dieu, alors ils ne sont jugés ni questionnés.

Rachid: malheureusement, il y a une confusion culturelle qui a causé ce malentendu à propos de l’état islamique, je suis d’accord avec toi en rejetant cette image que tu as mentionné, c’est ce qui est soi-disant (théocratie), mais la théocratie est un régime gouvernemental qui tire son influence et sa force (non seulement ses lois et ses règlements) de la religion, et si l’Europe a souffert de cette disposition de la part de l’église au Moyen-Age, l’Islam n’a pas connu cette manière et ne l’approuve pas, ce n’est pas les clergés qui détiennent le pouvoir dans l’Islam, mais les règles de la religion se trouvent dans les mains des êtres humains qui font tantôt des erreurs et tantôt bien, et ils sont récompensés et sont punis, et sont destitués si nécessaire, la différence éssentielle ici est que la référence de l’état islamique est l’Islam et sa pratique par les êtres humains qui ne possèdent pas la saintété, il n’y a aucun gouverneur dans l’Islam qui pense qu’il tire sa légimité et son autorité du mandat divin à lui, mais il est nécessaire d’autoriser la nation dans sa décision .

Également, l’expérience du monde islamique dans l’état islamique est une expérience réussie pour un état prospère et avancé dans son temps, contrairement à l’expérience de l’état religieux en Europe.

Rajiv: nous avons connu la différence entre l’état islamique et l’état religieux, alors quelle est la différence entre l’état islamique et l’état non religieux ?

Rachid: les différences sont nombreuses et importantes, ce qui me préoccupe est la base de la différence, qui peut être dans la différence entre la conception islamique et la visualisation laïque de l’univers, la vie et l’homme, donc le système de l’état dans l’Islam découle d’un point de vue islamique qui dans lequel la religion est cohérente à la vie, et forme un système intégré que le musulman vit, et dans lequel les rôles de l’individu, de la nation et de l’état sont intégrés.

Et afin que nous soyons au courant de cela, il faut que nous reconnaissions : quelle est notre position réelle dans le royaume de Dieu ? si nous reconnaissons que c’est Dieu qui nous a crée, donc, c’est naturel que nous n’ayons pas d’autre travail si ce n’est que suivre son plaisir, et si nous reconnaissons que cette terre et ces cieux n’appartiennent si ce qu’à Lui Seul, alors nous devrons reconnaitre qu’il n’est pas vrai d’exécuter autre volonté dans ce royaume ormins le Sien, et si reconnaissons que c’est Dieu Seul qui nous éduque, et c’est Lui Seul qui nous donne la subsistance, alors nous n’avons aucune position si ce n’est que d’être ces esclaves .. étant donner que Dieu est notre gouverneur et gouverneur de tout ce qu’il y a dans ce monde, alors nous n’avons pas de position réelle dans ce monde en dehors d’être tout à fait obéissant à Lui et docile à Lui.

Michel: mais, qu’est-ce qui nous amène à la ré-rumination d’une expérience sur laquelle il y a des avertissements et des rumeurs, l’homme peut lui-seul décider la façon de vivre, et ce qui va réaliser son bonheur, et quelle est la forme appropriée pour organiser sa vie, puis après cela il n’y a rien qui l’empêche de se corriger et développer ses expériences .

Rachid

Une autre question : c’est qu’il n’y a pas de moyen d’obtenir la justice, sauf par le faite que celui qui assume la mise en place des systèmes de la vie humaine soit quelqu’un devant lequel tous lis individus humains sont égaux, ne peut décider le droit de tout le monde sauf quelqu’un qui est au dessus tous les tendances personnelles, n’aimant pas les tendances d’une personne, d’une famille, d’une classe sociale, d’un pays ou d’une nation caractérisée personnelle .. il ne peut avoir la justice sur terre sauf de cette façon.

Et l’homme a toujours tendances personnelles et des intérêts personnels, cette faiblesse humaine est attachée à tout être humain, regardons les dirigeants politiques et les chefs religieux tels que Brahma, les papes, les chefs de routes, les propriétaires d’influence et les riches, nous allons constater qu’il se personnalisés avec des droits de concession par force, à partir de là nous déduisons que toutes lois et les règlements qui ont été formés dans ce monde sont sous leur influence et leur pouvoir, et leurs donnent des droits qu’ils ne donnent pas au public,

Regardons les grands pays qui asservissent les autres nations en se basant sur leur force, alors quelle loi parmi leurs lois et quel système ne fait pas pénétrer l’égoïsme dans ses veines ? est-ce qu’on peut espérer de ceux-là la formation d’un système et des législations basés sur les principes de droit et de la justice pour l’humât ?!

Rajiv: mais Mr: Rachid que faites vous dans un état où vivent les minoritaires embrassant autre religion que l’Islam. nous en Inde par exemple il y a des centaines minoritaires religieux, quand vous de l’Islam la référence de l’état, vous les obligez à accepter une autre religion en dehors de leurs religion.

Rachid: très bien de m’avoir rappeler cette question, il y a trois points que voudrais clarifier à cet égard :

Premier: est que je m’étonne comment vous vous opposez à ce qu’un non-musulman vive sous l’autorité d’un état dont la référence est l’Islam malgré que sa religion n’appelé pas à la constitution d’un état personnel sur la terre. du moment où vous obligez le musulman à se soumettre à un système contraire à sa religion et à accepter une référence contraire à sa foi quand il vit dans un état laïc, malgré que sa religion ne le permet pas.

Deuxième: l’adoption de l’Islam d’une référence pour un état ne signifie pas l’obligation des non-musulmans à embrasser l’Islam, et cette objection découle de la perception séculaire de la religion, que la religion est une croyance personnelle et les sentiments d’état d’âme, tan disque le point de vue de l’Islam de la religion n’est pas ça, donc l’Islam est un rites et à la fois un loi pour le musulman ( c’est-à-dire : systèmes et lois ) et référence de civilisation, mais le non-musulman peut prendre l’Islam comme référence de civilisation et se soumettre à ses systèmes et lois, sans entrer dans les croyances et les rituels .. exactement comme vous dites, la possibilité de pratiquer le libéralisme et le socialisme dans les sociétés où elles ne sont pas nées, et sur les adeptes de différentes religions et confessions.

Troisième: est que l’établissement d’un état de référence islamique ne signifie pas digérer les droits des minoritaires, ou s’intervenir aux lois de leur religion propres à eux, l’Islam garantit le droit des minoritaires, et ne les empêche pas de recourir à leurs religions dans leurs affaires personnelles.

Michel: mais nous sommes maintenant dans une ère autre que celle dans laquelle l’Islam est apparu et a fait l’expérience de son État, la réussite de ces efforts sera considérée comme un pas vers l’arrière. un pas en arrière !, vous voulez par cela qu’on soit figés sur nos pensées et se tenir debout sur des situations non acceptables en ces jours ci, et non logique avec la nouvelle vie.

Vous, par exemple, vous insistez toujours sur l’interdiction de l’usure, et c’est une nécessité économique indispensable à tout État moderne.

Rachid: mon ami, ta parole dans cet exemple et les autres exemples est basée sur des axiomes qui ne sont pas vraies, partant de la perception fixe de la forme de l’État et le système mondial est ce que vivons après s’être fortement imposé par le fait, de même, il néglige beaucoup de effets négatifs qu’il a causés à l’humanité en reliant le système économique à l’issue.

C’est vrai que l’Islam interdit l’issue, mais ce n’est pas vrai que l’issue est nécessité économique.

Ce sont des grands capitalistes et monopoles dans le monde qui font appels à l’issue, et illusionne aux gens qu’elle est nécessaire, et en réalité c’est un besoin, seulement dans leur monde capitaliste, et cependant, de grands économistes dans l’Ouest capitaliste condamnent le système de l’issue, et disent que son inévitable résultat au fil des générations est une incidence des crises économiques et financières, et les problèmes sociales ultérieurs, en raison de la concentration de la richesse dans les mains d’un petit groupe de personnes, et la privation du reste des personnes de cette richesse peu à peu, regardons la crise de la dernière dette hypothécaire et les catastrophes, les crises mondiales qui l’ont suivis, et de nombreuses crises avant elles, notamment la crise de la récession mondiale dans les années 30 du siècle passé .. il faut qu’on connaisse l’ampleur de la tragédie.

Parmi les miracles du régime islamique est qu’il a interdit l’issue et le monopole (qui sont deux piliers du capitalisme) à peu près mille avant l’avènement du capitalisme. mon cher : l’État islamique n’est pas seulement un besoin de légitimité islamique, mais il est aussi une nécessité humanitaire.


Related Posts


Le plus de suivi

Souscrire