l'accueil /le bonheur des Dialogues /La femme reined

La femme reined


La femme reined

Après une heure de temps du démarrage du train, il semblait que les deux amis Rachid et Michel étaient prêts à commencer une interview pour passer le temps de parcoure.

Michel: nous avons parlé de deux choses concernant le droit des femmes : la polygamie et le voile. que penses-tu de compléter le reste des choses à propos ce sujet ?

Rachid: bonne idée, peut-être comme ça nous allons terminer ce fichier.

Michel: la première chose qui me vient à l’esprit à propos de ce sujet est le rôle de la femme, que pourquoi les musulmans insistent à ce que les femmes ne les participent pas dans tous les domaines de la vie ?

Rachid: mon ami, quand nous disons qu’il y a un aspect physique ou animal dans l’homme, cela ne veut pas dire que les caractéristiques, les objectifs et les intérêts de cet aspect sont identiques avec les caractéristiques, les objectifs et les intérêts de l’animal, il y a une grande différence, nous constatons que l’orientation sexuelle est beaucoup plus grande chez les humains que chez les animaux, tandis que la force de rapport sexuelle est beaucoup plus faible par rapport à cette inclination, contrairement à l’animal .

Et si l’on tient compte de ce qui est composé dans les femmes instinctivement suivant les désirs et l’attraction sexuelle – de la pudeur, de la décence, de s’abstenir et de l’empêchement, nous concluons de cela et son prédécesseur que le but d’existence de la force attractive sexuelle est d’atteindre le contact permanent entre les mariés, non pas que chaque tendance sexuelle se termine à une pratique sexuelle, et ce qui a été exprimé par le Coran tantôt par ( logement ) et tantôt par ( amour et compassion).. ça c’est du point de vue psychologique. j’espère que ma parole est claire.

Michel: c’est Presque clair.

Rachid: pendant ce temps, la recherche biologique a montré que les femmes sont différentes des hommes dans tout : de l’extérieur jusqu’ aux organes internes, jusqu’aux atomes du corps et ses cellules , alors les cellules des femmes sont crées de la nature féminine, la structure de son corps et son système musculaire est différent de l’homme, l’organisme de son corps est installé d’une manière qu’elle se prépare pour la naissance de l’enfant et son éducation, c’est-à-dire : pour s’adapter à la fonction de la maternité, et cependant atteint l’âge de la jeunesse, il lui arrive la menstruation qui par laquelle sont affectés les actes de tous ses organes, mais sa psychologique, son humeur et son état mental, si nous ne parlons pas de la grossesse, après l’accouchement et l’allaitement .

En fait les hormones et la psychologie de la femme est différente de l’homme, en contrepartie du courage de l’homme et sa dureté nous trouvons la modestie de la femme et son affection.

D’autre part : l’enfant de l’être humain – contrairement à d’autres animaux a besoin aux soins et l’éducation de ses parents pour quelques années, d’où retarde dans cette période l’achèvement de sa force et sa capacité lui-même dans l’indépendance de la pension, c’est quelque chose qui est ainsi destinée afin que ne se limite pas le contacte des hommes et des femmes dans les rapports sexuelles entre eux, mais plus tôt cet attachement les amènent à coopérer et à traiter les uns et les autres dans la vie, et c’est pour cette cause aussi que l’homme est bâti d’une façon qu’il soit généreux sur ses enfants et les aimer plus que les animaux .

Michel: et quoi d’être?

Rachid: sur ce total alors sois sûr que la famille est la forme sociale naturelle de l’être humain, et nous pouvons clarifier le rôle et la fonction de chaque individu dans cette forme ou cette unité, et c’est un rôle en rapport avec les objectifs et la nature de cette unité (boiter, l’amour, et la compassion), et en rapport aussi avec les moyens et la capacité de chaque individu dans cette unité.

Michel: je comprends ce que tu vises, donc le rôle des femmes est de favoriser un esprit d’affection et d’obtenir un longuement psychologique dans la famille, et prendre soin du mari et les enfants.

Rachid: bien, et le rôle de l’homme est de fournir à la famille les nécessités de la vie, et s’exposer à toutes les difficultés et les épreuves que ce rôle demande.

Michel: mais ce point de vue nous fait perdre la moitié de la capacité de productivité de la communauté.

Rachid: contrairement, ce point de vue nous fait gagner la société tout entière, mais chacun dans son domaine et son environnement approprié, alors la femme quand elle a résisté contre son instinct et sortie pour conclure les hommes dans le travail, elle est malheureuse de son nouveau travail, et sa famille est devenue malheureuse, et son mari aussi, et toute la société est devenue malheureuse, la femme a tenté à plusieurs reprises pour concilier leur travail, les charges de la maison et la garde des enfants mais elle n’a pas réussi, elle devrait être une femme calme , une mère tendre affectueuse et une travailleuse active, et où elle en est de cela ?! le résultat a été que les autres parties ont intervenu pour combler le vide qu’elle a laissé, et ces autres parties n’étaient pas honnêtes ou adaptées à ces rôles, et en plus de cela : l’encombrement des femmes au hommes dans le travail à l’extérieur de la maison a abouti à la vulnérabilité des femmes aux hommes, et le harcèlement, le viol et les crimes commis contre elles accompagnant cette vulnérabilité ,

Michel: si nous parlons du rôle de la femme dans la vie que c’est un rôle familiale, cela nous amène à parler d’autre chose, je vois dedans la discrimination contre la femme, c’est le sujet de tutelle des hommes sur les femmes.

Rachid: la tutelle n’est pas la discrimination des hommes contre les femmes, mais l’organisation de l’institution sociale appelée (famille), toute institution doit déterminer lequel des rôles et des fonctions et la fonction de chaque membre, en tenant compte des qualifications du membre et ses potentiels, ce n’est pas le directeur le plus élevé humainement de l’expert-comptable ou travailleur par exemple, parce qu’il a un plus de compétences.

Et nous voyons dans notre vie pratique qu’une institution ou une entreprise impose quelques restrictions sur les membres pour les intérêts élevés que augmentent la haute direction et les administrateurs de l’institution, par exemple elle peut imposer un uniforme spécifique, ou l’engagement de procédures de sécurité spécifiées, et peut imposer la pratique des exercices spécifiées, ou les empêcher de quitter le travail et sortir de l’entreprise sans autorisation, et empêcher d’être occupé par autre chose en dehors du travail, mais il est tantôt incluent dans le contrat avec d’autres institutions quelques restrictions de travailler dans ces institutions après quitter la compagnie .. tout ceci est connu et non inconnu, alors que personne ne regarde ces restrictions comme discrimination ou oppression des institutions sur les travailleurs dans les institutions, tout ceci est au sein d’un système clair et bien connu. il n’y a également aucune institution ou établissement à succès sans un réalisateur que ses pouvoirs sont en rapport avec ses responsabilités et les obligations dont il pourrait être exposé.

Ainsi pour que l’institution de la famille réussisse, il doit avoir un système de vie pour tout le monde, et il y a des ordres et des interdictions dans ce système. et l’institution de la famille doit avoir un commandant que ses pouvoirs sont en rapport avec ses responsabilités, et doit avoir la capacité d’être décisif lorsque les opinions divergent, mais il est également essentiel que l’application de ce système et l’utilisation de ces pouvoirs soient à la lumière de la base de la vie familiale que nous avons parlé, et c’est l’amour et la compassion atteintes pour objectif d’habitation .

Michel: si c’est comme ça, pourquoi la gérance est sur l’homme ?! pourquoi n’est elle pas sur la femme ? n’est-ce pas la tendance à l’inégalité ?

Rachid: malgré mon réserve du mot: égalité que le plus meilleur que celui-ci est le mot :( justice), je dis seulement : que l’égalité et la justice résident dans les droits, mais chez nous c’est la répartition des rôles et servir les fonctions sociales de la manière qui convient à la capacité de chaque individu et la chose pour laquelle il est destiné.

Nous avons dis dans l’institution familiale : chacun des l’homme et la femme sont bâtis différemment, cette configuration est adaptée à différentes fonctions sociales, et n’oubli pas qu’en échange de la tutelle accordée à l’homme, il y a des charges et des coûts qui ne sont pas imposés sur la femme, alors en ce sensé, la tutelle est une charge plutôt qu’un honneur, elle a chargé l’homme d’une responsabilité privée, et ceci nécessite l’adoption de prudence et de patience, et ne pas se précipiter à prendre la décision, également ceci ne signifiât pas la confiscation du point de vue de la femme et non le mépris de sa personnalité .

La femme n’est pas adaptée pour ces taches sociales aussi, parce que les femmes comme l’a dit notre Prophète Mohammad que la paix soit sur lui : “manques de raison».

Michel: manques de raison?! c’est un point de vue d’infériorité pour la femme, de même la femme a prouvé sa supériorité et sa force scientifique, et qu’elle n’est pas moine que l’homme dans les tests d’intelligence.

Rachid (tout en riant): mon ami, ce qui est étonnant, c’est que la plupart des gens à qui j’ai parlé de ce ‘’ hadith’’ l’ a compris de la façon que tu l’ a compris, mon cher, la cervelle qu’il s’agit dans le ‘’hadith’’ n’est pas l’intelligence, mais la cervelle dont il s’agit est : la capacité à contrôler les choses dans l’estimation réel, ce qui aide à prendre la bonne décision en temps de crises et dans des circonstances critiques, en d’autres termes : c’est contre l’émotion et la tendance à la fantaisie, et personne ne nie pas que la femme par sa tendance se penche vers l’émotion et elle est plus influencée par elle que l’homme, c’est la nature psychologique de la femme, et son rôle social doit être proportion de cette nature, et peut-être qu’il est de la sagesse aussi le faite de restreindre les pouvoirs de la femme de ne pas mettre fin à la structure familiale par le divorce.

Michel: si nous parlons de l’oppression de la femme et de sa perception d’infériorité, il faudrait parler de son droit dans l’héritage, pourquoi la part d’héritage de la femme est la moitié de celle de l’homme ?!

Rachid: premièrement: c’est ne pas dans tous les cas que la part de la femme dans l’héritage est la moitié de la part de l’homme.

Deuxièmement: la dignité humaine ne nécessite pas qu’il lui soit accordés les mêmes droits accordés à tout autre, la justice n’exige pas l’égalité dans tous les cas, mais l’égalité est nécessaire lorsque les situations correspondent aux circonstances, c’est à dire : la nature de la femme et son rôle dans la vie doivent être prises en compte, et équilibrer ses droits avec ses devoirs.

Dans la question d’héritage par exemple : ce que obtient la femme est à elle seule, tan disque l’homme prend sa succession et le partage avec sa femme et ses enfants, ses frères et sœurs s’ils ne sont pas mariés et ses parents s’ils étaient vivants et n’ont pas de fournisseurs, d’où il est chargé de dépenser sur eux, en plus qu’il a offris à la femme un poulain comme un don, il est tenu à fournir le domicile conjugal et son ameublement, et il doit supporter toutes les dépenses de la maison, de la femme et des enfants, et il n’a pas le droit de l’obliger à travailler .. il n’a pas de droit dans l’argent et les biens de son épouse, en plus le faite que la femme profite complètement de l’indépendance de sa responsabilité financière, et c’est un droit au quel beaucoup de femmes d’occident qui prétend être équitable envers les femmes n’ont pas accès.

Est-ce qu’il reste quelque chose dans le fichier que tu aimerais qu’on discute ?

Michel: oui, il reste la question du divorce, mais je pense qu’on se repose un peu.